Insertion des personnes handicapées : les réserves financières de l’Agefiph seront épuisées à la fin 2017

Mardi 23 mai 2017

Lu pour vous AEF

Paris, le 23/05/2017 18 :49 00 Dépêche n°562669

Insertion des personnes handicapées : les réserves financières de l’Agefiph seront épuisées à la fin 2017a

 

 

Didier Eyssartier, directeur général de l’Agefiph

Agefiph Fin 2016, Anne Baltazar (FO), présidente de l’Agefiph, confiait à l’AEF qu’à partir de 2017, l’association qui gère les fonds en faveur de l’insertion et du maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés, en mobilisant les acteurs sociaux, économiques et politiques, « devrait faire mieux avec moins« . Une affirmation confirmée par Didier Eyssartier, le directeur général de l’Agefiph, mardi 23 mai 2017, alors qu’étaient présentés les résultats 2016 de l’organisme. Selon lui, les réserves du fonds continuent à se réduire et seront épuisées à la fin 2017. En 2016, l’Agefiph a collecté 404,5 millions d’euros auprès des entreprises ne respectant pas le taux d’emploi de 6 % de personnes en situation de handicap. 59 % de cette somme a été consacrée à l’insertion dans l’emploi, 36 % au maintien dans l’emploi, et 5 % pour les autres dépenses (mobilisation du monde économique…).

2017 devrait être un exercice délicat pour l’Agefiph, puisque les fonds dont dispose l’association se réduisent et devraient s’épuiser à la fin de l’année, argue Didier Eyssartier, directeur général de l’organisme géré par les partenaires sociaux et les représentants associatifs des personnes en situation de handicap, qui présentait, mardi 23 mai 2017, les chiffres clés de son activité de 2016.

L’amélioration continue du taux d’emploi des personnes en situation de handicap diminue ainsi mécaniquement les ressources du fonds. En outre, l’Agefiph subira pour la troisième année consécutive en 2017 une ponction de 29 millions d’euros sur sa trésorerie pour alimenter le budget de l’État et financer des contrats aidés pour les personnes en situation de handicap. Un prélèvement qui a contribué à tendre sa situation financière.

près d’une entreprise sur trois respecte l’obligation légale

L’année dernière, 28 % des entreprises remplissaient leur obligation légale par l’emploi direct de personnes handicapées (1). En France, 2,7 millions de personnes sont en situation handicap entre 15 et 64 ans, soit 7 % de la population active. En cinq ans, le nombre de personnes handicapées en emploi a crû de 20 % et la part d’entreprises employant au moins une personne handicapée est passée de 60 % à 78 % en moins de 10 ans.

En 2016, l’Agefiph a procédé à 219 929 interventions. 110 390 ont été effectuées auprès des entreprises, alors que 212 570 l’ont été auprès des personnes en situation de handicap. Quant au budget d’intervention, 59 % ont été consacrés au maintien dans l’emploi, soit 236 millions d’euros. Pour ce qui est de l’efficacité du plan alternance, il aura été « un vrai levier de lutte contre le chômage », selon l’Agefiph : une personne sur deux en ayant bénéficié est en emploi. Pour les personnes les moins qualifiées (infra bac), elles ont davantage été concernées par les dispositifs de soutien en faveur de la formation en alternance proposés par l’Agefiph.

SÉCURISER LES PARCOURS PROFESSIONNELS

Par ailleurs, l’Agefiph se donne plusieurs objectifs pour les années à venir. Il s’agit surtout de sécuriser les parcours et soutenir les transitions professionnelles, notamment en renforçant le maintien dans l’emploi des personnes en risque de désinsertion professionnelle, en articulant mieux l’offre de l’Agefiph avec le droit commun et en développant une approche anticipée des situations individuelles, ou encore en se servant de la formation comme levier du parcours.

Enfin, l’Agefiph souhaite continuer à mobiliser le monde économique et social, notamment en proposant une offre de service aux entreprises renforcée et adaptée aux besoins (en appuyant les acteurs de la négociation en mettant à leur disposition un « centre de ressources et de développement », en développant un accompagnement personnalisé pour les aider à préparer et mettre en œuvre leur politique d’emploi…).

(1) Sont soumis à l’obligation légale d’emploi équivalente à 6 % des effectifs les établissements employant 20 salariés et plus

 

 

À propos de Christophe ROTH

Délégué National Santé au Travail et Handicap Confédération CFE CGC
Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>