La Fédération nationale Encadrement et services fait le salon aides à la personne et de l’emploi à domicile.

Capture

15 Novembre  2017

Le 14 novembre 2017 la Fédération Nationale Encadrement Commerces et Services CFE CGC tenait un stand au salon aide à la personne et de l’emploi à domicile.

L’occasion de changer le regard sur le handicap, à l’occasion de la semaine du handicap qui se déroule.

Comme vous le savez la CFE CGC est résolument engagée sur le sujet toute l’année.

Pascal LE MANGOUERO, Karen BRIFAULT respectivement secrétaire général et secrétaire générale à adjoint de la fédération et François MARBOT étaient sur le stand tenue par la FNECS.

L’occasion pour Christophe ROTH, Délégué national d’être à leurs cotés et d’indiquer devant un public nombreux les engagements de la CFE CGC sur les aidants familiaux.

Bâtir une politique volontariste à destination des Aidants familiaux :

 

  • La réalité des aidants familiaux :

    On compte environ 8 millions de personnes qui accompagnent un proche malade ou dépendant, dont près de la moitié a une activité professionnelle. (Sources des données : Enquête Handicap-Sante auprès des aidants informels, DREES, 2008. Enquête Handicap-Santé, volet ménages, INSEE)

     Statistiquement, un collaborateur sur deux est en situation d’aidant. Les aidants familiaux salariés sont trop souvent confrontés à l’obligation dramatique de choisir entre leur position d’aidant et leur situation professionnelle, avec tout ce que cela entraîne au point de vue absentéisme, perte de rémunération, hypothèque sur la future retraite…

    La dépendance ne concerne pas que les personnes âgées, et le handicap ne concerne pas que les enfants ; les dispositifs actuellement prévus (congé de proche aidant, congé de solidarité familiale etc.) sont très largement insuffisants. La CFE CGC souligne l’allongement de la durée du congé pour l’annonce de la survenue d’un handicap chez un enfant. Cependant cela n’est pas suffisant : tous les aidants familiaux n’aident pas un enfant.  

    Les statistiques des services sociaux des Carsat montrent que 50% des aidants familiaux décèdent avant les proches qu’ils aident consécutivement à des pathologies d’épuisement. 

    Être à la fois pleinement productif en entreprise et s’occuper avant et après le travail d’un proche relève au long cours d’exploits.

     Renforcer les accords d’entreprise au bénéfice des aidants

  • Nous pensons que l’entreprise soucieuse de la qualité de vie au travail de ces salariés doit se préoccuper des aidants familiaux qui se seraient déclarés officiellement. Les entreprises qui se sont engagées sur cette démarche témoignent d’une réduction significative de l’absentéisme d’une amélioration du management et de la performance globale de l’entreprise.
  •  La CFE-CGC propose l’ouverture de négociations sur cette thématique en particulier l’intégration de la question des aidants dans les accords handicap, la qualité de vie au travail, les accords diversité ou RSE des entreprises : 
  • Mise à disposition d’informations et de conseils sur les droits et les démarches administratives
  • Congés supplémentaires rémunérés 
  • Maintien par l’employeur des cotisations à temps plein dans le cadre du passage à temps partiel. 
  • Mise en place de temps partiels atypiques dans leur durée et modalités. 
  • Modalités spécifiques de télétravail. 
  • Suivi médical renforcé par le service de santé au travail et droits à la prévoyance renforcée. 
  • Inciter les entreprises à négocier sur les aidants dans le cadre de l’OETH

     Une piste de réflexion allant dans ce sens repose sur le fait d’ajouter les aidants familiaux à la liste des bénéficiaires de l’obligation d’emploi, au même titre que les veuves ou orphelins de guerre.

     

    Les aidants familiaux se substituent à une action qui est légalement de la responsabilité de la collectivité, il apparaît donc légitime pour notre Confédération de permettre aux entreprises qui s’engagent envers eux en adaptant leurs conditions de travail ou de rémunération de les comptabiliser sous conditions dans le contingent des 6%.

     Cette comptabilisation pourrait se réaliser dans la même logique que celle de l’accueil de stagiaires handicapés (c’est-à-dire dans une proportion limitée), afin de ne pas porter atteinte à l’objet même de l’obligation d’emploi des personnes handicapées. 

  • Unifier les différents congés existants :

     Les congés actuels existants sont pour nous insuffisants et obligent le salarié à bénéficier de dons de jours pour accompagner un proche.

     La CFE-CGC propose la création d’un congé pour solidarité familiale, avec des conditions d’accès plus souples, notamment la possibilité de fractionnements.

     Ce congé serait assimilé à du temps de travail effectif pour l’ouverture aux droits sociaux et droits à retraite, et ouvrant droit à une allocation améliorée de substitution aux salaires non versés.

  • Nous avons eu le plaisir de rencontrer le Secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances d’Etat Benjamin GRIVEAUX sur le stand de la FNECS  et lui avons remis la BD stress, et le guide de prévention d’épuisement professionnel, avec un très large sourire il a répondu « j’en ai vraiment besoin, mais je ne suis pas le seul en ce moment… ».
  • La CFE CGC au quotidien à vos cotés !   

À propos de Christophe ROTH

Délégué National Santé au Travail et Handicap Confédération CFE CGC
Ce contenu a été publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>