Les propositions de la CFE-CGC reçues par Madame Sophie CLUZEL, Secrétaire d’Etat personnes en situation de handicap.

IMG_20171109_113113

Jeudi 9 NOVEMBRE 2017

Quelles pistes d’amélioration des démarches d’accès et de retour à l’emploi des travailleurs handicapés ?

 

Audition du Secrétariat d’état en charge du handicap

Jeudi 9 novembre 2017

 

Faisant sien la demande des personnes concernées d’« accéder à un emploi et travailler comme les autres », le gouvernement s’est notamment fixé deux grands objectifs :

-          faciliter l’embauche et le maintien en emploi des personnes handicapées par les employeurs publics et privés dont les TPE-PME ;

-          augmenter le niveau de qualification des demandeurs d’emploi et des salariés handicapés.

 Il entend mobiliser en ce sens prioritairement les réponses de droit commun, et favoriser notamment l’accès des personnes handicapées à l’apprentissage et la formation professionnelle dans le cadre des réformes qu’il engage.

 Je souhaite ainsi vous rencontrer afin de partager notre ambition de changer le regard sur le handicap pour construire une société réellement inclusive, et identifier des pistes d’amélioration des démarche d’accès et de retour à l’emploi des travailleurs handicapés, mais également en matière de santé et qualité de vie au travail.

 I/ les fonds dédiés à l’accès et au maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap

 Sécuriser les fonds

 Le système de financement de l’accès et du maintien en emploi des personnes en situation de handicap par les fonds Agefiph et FIPHFP n’est plus viable. En effet les entreprises et les administrations versent moins de contributions puisqu’elles remplissent de plus en plus leur obligation d’emploi. Dans le même temps, plus de personnes en situation de handicap sont embauchées, donc il y a davantage de demandes de financement de maintien dans l’emploi. Les fonds s’épuisent.

 Sécuriser les fonds c’est tout d’abord faire en sorte qu’il n’y ait pas de dérogation aux contributions de ceux qui ne respectent pas l’obligation d’emploi des travailleurs handicapés.

 A cet effet nous souhaitons soulever le point suivant : pourquoi, au FIPHFP, le ministère de l’Éducation nationale (qui est un des plus importants en nombre d’agents, avec 1 million de fonctionnaires), reste-t-il exonéré de sa contribution, alors que les réserves du fonds indiquent clairement la nécessité de revoir la politique handicap dans la Fonction publique ?

 Par ailleurs nous soulignons également une exonération de contribution des universités au FIPHFP, d’un montant de 30 millions d’euros, pour sécuriser les universités par des services de sécurité privée, au regard de l’état d’urgence. Cette décision n’a pourtant aucun lien avec la politique handicap. Les fonds FIPHFP et Agefiph ne doivent pas servir de variables d’ajustement des politiques publiques.

 Enfin, nous attirons l’attention sur des ponctions financières utilisées pour des politiques publiques qui n’ont rien à voir avec le handicap : trois fois 29 millions d’euros ont été ponctionnés sur les deux fonds durant trois ans.

 Sécuriser les fonds c’est également trouver un système de financement des fonds qui soit pérenne, tant pour l’Agefiph que le Fiphfp.

 La CFE-CGC s’interroge sur les résultats de la mission IGAS chargée chargé d’une mission à ce sujet.

 Pour la CFE-CGC le taux de 6% n’est plus adapté à la réalité de la reconnaissance des situations de handicaps. Aujourd’hui, 9% de la population souffre d’un Handicap. La CFE-CGC propose que le taux d’emploi dont doivent s’acquitter les entreprises et les administrations, soit cohérent au regard de la proportion de personnes en situation de handicap.

  Maintenir la distinction entre l’Agefiph et le Fiphfp

 Nous ne pouvons imaginer un rapprochement ou une fusion/absorption entre le FIPHFP et l’Agefiph.

 En 2005, lors de la création du FIPHFP, le législateur avait résolument écarté cette idée. Cependant, le FIPHFP et l’Agefiph ont depuis, souhaité travailler ensemble de façon à offrir aux demandeurs d’emploi handicapés une réponse unique, quel que soit le financeur.

 L’Agefiph met à disposition du FIPHFP son offre de service dans des grands domaines de son intervention. Les singularités de chacun des deux fonds ne sont aucunement un frein à l’efficacité des dispositifs conduits. Elles permettent de couvrir un plus large spectre d’actions vis-à-vis des bénéficiaires, dont les intérêts demeurent au cœur des préoccupations.

 

Aujourd’hui, il n’est pas possible, au regard des différences entre public et privé et des réalités financières des deux fonds, de proposer une fusion ou absorption.

 Chacun des deux fonds doit continuer à œuvrer avec ses spécificités, et surtout, conserver « son guichet » unique, son modèle RH en matière de handicap.

  

II/ Agir en prévention : Empêcher que le travail ne conduise à un handicap 

Prévenir l’épuisement professionnel

L’épuisement professionnel conduit à une incapacité de travail pour celui qui en est victime. L’individu a brulé toutes ses réserves et se sent totalement épuisé et découragé.

A cet effet :

 La CFE-CGC propose d’inscrire le thème de la prévention de la charge de travail dans la négociation annuelle obligatoire portant sur l’égalité hommes-femmes et la qualité de vie au travail.

Il est également nécessaire d’inciter les entreprises et la fonction publique à développer des outils de vigilance quant au respect des temps de repos, d’alertes en cas de surcharge de travail, et de former le management aux outils de régulation de la charge de travail.

Pour la CFE-CGC, il est également important de sensibiliser les dirigeants et directeurs des services de l’administration  à donner à la hiérarchie intermédiaire, les moyens d’agir en prévention et en régulation de la charge de travail, afin que le management ne soit pas lui-même « victime » de la mise en œuvre d’une politique de régulation de la charge de travail. 

Par ailleurs, la CFE-CGC demande à ce que l’épuisement professionnel soit intégré à un tableau de maladie professionnelle. Cela inciterait les entreprises et la fonction publique à agir en prévention du syndrome, pour ne pas voir leur cotisation AT/MP augmenter.

  III/ Permettre un meilleur accès à l’emploi des personnes en situation de handicap

Le taux de chômage des personnes handicapées est deux fois supérieur à la moyenne nationale : environ 500 000 demandeurs d’emploi en situation de handicap sont inscrits à Pôle emploi. Ils représentent en 2017, 8,7% de l’ensemble des demandeurs d’emploi.

 Non à la réduction des contrats aidés !

Le gouvernement prévoit une réduction du nombre de contrats aidés, qui passera en 2018 à 200.000 contrats, contre 280.000 en 2017.

Or, les contrats aidés sont un outil d’insertion professionnelle non négligeable pour les personnes en situation de handicap.

Les demandeurs d’emploi handicapés figurent parmi les principaux bénéficiaires de ces contrats et leur proportion parmi les bénéficiaires de contrats aidés ne cesse d’augmenter depuis 2012 : 9,2 % en 2013, 10,2 %, en 2014, 11,2 % en 2015 et 11,4 % en 2016.

Par ailleurs, bon nombre des emplois effectués en contrats aidés permettent le développement d’une société plus inclusive : Auxiliaire de Vie Sociale, Accompagnants des Elèves en Situation de Handicap, etc.

En outre, la suppression de contrats aidés met en péril de nombreuses associations et collectivités territoriales qui y avaient recours. 

C’est pourquoi la CFE-CGC s’oppose à cette réduction du nombre de contrats aidés.

 

Développer un accompagnement spécifique à l’insertion professionnelle des cadres en situation de handicap

S’agissant de la population de l’encadrement, les problématiques d’insertion dans l’emploi sont spécifiques, que ce soit du point de vue du handicap (accompagner le handicap psychique lié à l’épuisement professionnel par exemple), ou des caractéristiques des personnes (plus diplômées et plus âgées que la moyenne des demandeurs d’emplois en situation de handicap).

 Une aide spécifique doit donc être apportée à ces problématiques particulières.

 La CFE-CGC propose de mettre en place un nouvel acteur spécialisé dans l’accompagnement des cadres en situation de handicap, en mettant en place un dispositif conventionnel entre l’APEC et l’Agefiph, pour le suivi et l’accompagnement des demandeurs d’emploi handicapés de l’encadrement.

 

Développer l’accompagnement du handicap psychique

 Le handicap psychique est, d’après l’OMS, la première cause d’arrêt de travail, et, selon les prévisions de cette même organisation, en 2020, 33 % de la population française sera touchée, au moins une fois dans sa vie, par un trouble de santé mentale.

Depuis de nombreuses années le travail lui-même est à l’origine de handicap psychique.

Le stress chronique associé à des surcharges émotionnelles est à l’origine de nombreux cas d’épuisement professionnel, principalement au sein de la population de l’encadrement. Les malades victimes d’épuisement professionnel présentent des troubles cognitifs, de perte de mémoire et troubles de la concentration qui vont rester séquellaires et qui nécessitent une prise en charge pluridisciplinaire pour pouvoir revenir dans le monde du travail.

A la date d’aujourd’hui, nous constatons que ces salariés et agents de la fonction publique, victimes d’épuisement professionnel, sortent des effectifs du personnel après une période de longue maladie et passent en invalidité. Pour la CFE-CGC, il est inconcevable que les cadres, les enseignants, les policiers les plus investis dans leur travail subissent une mort sociale.

Nos entreprises et administrations doivent apprendre à maintenir en emploi les salariés qui ont été détruits psychiquement par le travail. Ce retour en emploi  demande l’aide combinée des services de santé au travail et des opérateurs spécialisés dans l’accompagnement.

Le dispositif d’emploi accompagné constitue un succès dans l’accompagnement et le maintien dans l’emploi des personnes ayant un handicap psychique.

 La CFE-CGC propose donc de développer une montée en compétence des professionnels de l’emploi accompagné, dans l’accompagnement du handicap psychique.

 Cela peut passer par l’incitation faite aux préfectures de région, d’intégrer des critères d’expertise dans l’accompagnement du handicap psychique, par le biais des ARS et des DIRECCTE. En effet ces dernières peuvent demander un tel critère d’expertise lorsqu’elles établissent les appels à candidature des personnes gestionnaires du dispositif d’emploi accompagné.

 Développer les compétences des conseillers / coachs

Une étude relative à l’emploi accompagné des personnes en situation de handicap psychique ou mental elève que les compétences des conseillers des dispositifs expérimentés en France, sont inférieures à celles observés au Quebec ou aux Pays-Bas.

Des compétences sont nécessaires pour faire face aux relations avec les professionnels de santé, pour développer une relation de proximité avec la personne accompagnée, pour gérer la stigmatisation, ou encore les relations avec l’employeur.

Pour renforcer ces compétences, la CFE-CGC soutient la proposition issue de cette étude : développer des formations spécifiques. (Par exemple, former à la gestion de la stigmatisation et de l’auto-stigmatisation).

Développer les contrats d’apprentissage et de professionnalisation

Les contrats d’apprentissage et de professionnalisation permettent aux personnes en situation de handicap de s’insérer plus facilement et plus durablement dans l’emploi.

Cependant, la part des travailleurs handicapés dans l’ensemble des entrées en contrats d’alternance  est très marginale.

 Il faut donc donner la priorité au développement des formations en alternance. Cela doit s’illustrer par des résultats concrets et quantifiables, avec une obligation imposée par l’Etat de faire progresser les contrats de professionnalisation et les contrats d’apprentissage.

 IV/ Le Maintien dans l’emploi des personnes en situation de handicap

Faciliter la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) pour l’ensemble des demandeurs d’emploi en situation de handicap

Afin de faciliter l’accès à l’emploi des demandeurs d’emploi handicapés ayant majoritairement un faible niveau de qualification et une moyenne d’âge élevée, la CFE-CGC préconise de faciliter la reconnaissance des compétences et qualifications qu’ils ont développées au cours de leurs expériences professionnelles. Il s’agit donc de leur faciliter l’accès au dispositif de Validation des Acquis de l’Expérience.

 La CFE-CGC demande à ce que soit financé au moins partiellement, pour les demandeurs d’emploi en situation de handicap : 

  les droits d’inscription et de validation,

  • des actions d’accompagnement, 
  • des formations éventuellement nécessaires à la validation totale de la certification visée.

     

    En effet, seule la validation complète de la certification apporte une réelle plus-value à la personne pour son insertion sur le marché du travail, et celle-ci nécessite le plus souvent des actions de formation complémentaires (notamment pour l’accès aux certifications d’un niveau élevé de l’enseignement supérieur).

     

    Faciliter la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE) pour les personnes de l’encadrement  en situation de handicap

    Les personnes de l’encadrement en situation de handicap constituent une population qui n’est pas prioritaire à l’accès à la VAE car en moyenne plus diplômée que l’ensemble des demandeurs d’emploi en situation de handicap.

    Cependant, leur handicap survient pour bon nombre au cours de leur carrière professionnelle. Ils bénéficient donc d’une expérience professionnelle qu’il faut valoriser pour leur permettre par la suite de retrouver plus facilement un emploi. D’autant que la survenance du handicap au cours de leur carrière professionnelle, conduit à ce que la population de l’encadrement en situation de handicap est en moyenne une population plus âgée que la population des demandeurs d’emplois en situation de handicap, et donc en difficulté face à l’accès à l’emploi.

    La CFE-CGC demande donc à ce que les cadres atteints d’un handicap au cours de leur carrière, puissent bénéficier de la VAE au même titre que des personnes en situation de handicap en moyenne moins diplômées.

     Faciliter le recours au télétravail pour les personnes en situation de handicap

    Afin de réduire la fatigue liée aux transports et de compenser le handicap, La CFE-CGC demande à ce que les personnes bénéficiant de la RQTH et dont les tâches le permettent, puissent accéder de droit à un jour de télétravail par semaine.

    V/ Aider les aidants

    Il est également indispensable d’agir pour que les aidants des personnes en situation de handicap puissent concilier leur rôle d’aidant avec leur vie professionnelle. 

    Les aidants familiaux salariés sont trop souvent confrontés à l’obligation dramatique de choisir entre leur position d’aidant et leur situation professionnelle, avec tout ce que cela entraîne au point de vue de l’absentéisme, de la perte de rémunération, de l’hypothèque sur la future retraite…

    La CFE-CGC demande à ce que la situation des aidants soit impérativement abordée lors des négociations d’entreprise sur le handicap.

    La CFE CGC demande également à ce que, lors du passage à temps partiel d’un aidant, les cotisations sociales de l’employeur soient maintenues sur la base d’un temps plein.  

     

Publié dans Actualité, Fiches techniques, Le réseau handicap CFE-CGC, Questions / Réponses | Laisser un commentaire

Négocier les accords handicap en Entreprise : les militants CFE CGC se forment !

1

Mercredi 8 Novembre 2017

Christophe ROTH, délégué national santé au travail et handicap respecte les engagements tenus lors de son élection au congrès de Lyon le 2 juin 2016.

En effet, avec Martine KERYER, il travaille sans relâche et en complémentarité et au plus près des adhérents, sur le terrain.

Formations, colloques, animations du réseau handicap dans les fédérations, les régions, le groupih, lancement de chantiers pour être force de proposition, innovations, outils ludiques et pédagogiques, lettre actus handicap, handiblog fourni, les militants et adhérents se réjouissent de ces offres de services et depuis le début de l’année 2017, plus de 550 militants ont été formé sur le sujet du handicap !

Notre réseau des référents handicap des fédérations est de 50 délégués alors que début 2017, il était de 13. Les référents régionaux sont 20 ! et dans chaque département nous avons un référent handicap, et pour compléter ce travail d’équipe nous avons un groupe force de propositions appelé Groupih qui comptent 12 délégués.

 

Aujourd’hui, nous entrons dans des phases plus techniques et c’est les formations pour négocier les accords handicap en entreprise qui sont des enjeux majeurs pour Christophe ROTH.

 

Les 7 et 8 novembre 2017, 30 stagiaires issus de tous les corps de métier et fédération ont pu se former dans un bon esprit de partage, de travail et surtout de volonté pour servir l’intérêt général et défendre les personnes en situation de handicap dans le travail !

 

Christophe ROTH nous explique le but d’apprendre à négocier les accords handicap :

les objectifs de cette négociation doivent être élaborés de manière ambitieuse mais réaliste par rapport à la situation actuelle de l’entreprise.

Le niveau de « maturité » de l’entreprise et des salariés sur le sujet doit être évalué afin de déterminer les actions qui devront être menées en priorité.

Dans le cadre de cette évaluation, votre premier élément reste le rapport présentant la situation de l’emploi des personnes handicapées dans l’entreprise que votre employeur doit vous remettre.

L’entreprise pourrait être tentée par une politique unilatérale sur le handicap,

sans y associer les partenaires sociaux.

En tant que DS, vous avez intérêt à faire valoir auprès de votre employeur qu’une telle négociation permettrait : de mettre en place une dynamique collective sur un sujet non conflictuel, d’imaginer des actions adaptées à l’entreprise : à son histoire, à sa culture, à son environnement technique et humain…de diversifier les canaux de communication sur le sujet (communication des syndicats, de la direction, des IRP).

 En tant que représentant de la CFE-CGC auprès de vos collègues, et coordinateur

de votre section, vous avez intérêt à faire valoir qu’une telle négociation permettrait : de faire progresser globalement les conditions de travail de chacun, de faire valoir l’action de la CFE-CGC sur un sujet porteur de sens pour tous.

Pour vous aider dans cette démarche, la CFE-CGC a mis à disposition de ses adhérents des modules formation ainsi qu’une équipe disponible pour vous accompagner, avec Martine KERYER et l’ensemble du réseau nous sommes à vos côtés !

L’emploi des personnes handicapées est un sujet de négociation obligatoire dans les entreprises, dans toutes les structures pourvues d’au moins une section syndicale d’organisation représentative depuis 2005. Cette obligation a été renforcée par a loi Rebsamen du 17 août 2015.

Le handicap est intégré dans l’un des trois blocs de la négociation obligatoire,

celui consacré à la qualité de vie au travail et à l’égalité professionnelle (article

L. 2242-1 code du Travail).

La négociation porte sur les mesures relatives à l’insertion professionnelle et au maintien dans l’emploi des personnes handicapées :

 Les conditions d’accès à l’emploi et donc le recrutement et les mesures correctives prises par l’entreprise pour rendre ses procédures de recrutement accessibles aux personnes handicapées.

La formation avec l’égalité d’accès à la formation de droit commun et le droit

à la formation spécifiquement développée dans le cadre de la prévention du risque d’inaptitude et de la formation aux outils de compensation.

La promotion professionnelle, entendue comme la capacité pratique d’une personne handicapée à disposer d’une véritable carrière professionnelle, conforme à ses choix et aux opportunités de l’entreprise : indicateurs de progression…

Les conditions de travail, rôle reconnu du médecin du travail, du manager, implication du CHSCT, action globale en faveur de bonnes conditions de travail.

Le maintien dans l’emploi et les actions menées dans le cadre de la gestion du risque d’inaptitude : valorisation de la prévention des risques professionnels et veille aux bonnes conditions de travail, vigilance dans le cadre des arrêts maladie répétitifs ou de longue durée.

Les actions de sensibilisation de l’ensemble du personnel de l’entreprise, pour favoriser l’activité de la personne handicapée dans le service, dans l’entreprise, pour agir contre les idées reçues et les stéréotypes.

 Un processus en plusieurs temps :

 Cette négociation est organisée à l’initiative de l’employeur mais si ce dernier n’entame pas la négociation dans l’année, les syndicats représentatifs peuvent la provoquer. Pour cela il suffit que le délégué syndical de l’un des syndicats

représentatifs envoie un courrier recommandé au chef d’entreprise en demandant cette ouverture de négociation. La négociation devra alors être initiée dans les 15 jours suivants la demande.

L’employeur doit présenter un rapport dressant la situation de l’emploi des personnes handicapées dans l’entreprise.

Ce rapport constitue la base de travail indispensable à la négociation ! Il s’agit d’une analyse quantitative et qualitative, consolidant à la fois des données photographiques chiffrées mais aussi l’héritage historique et culturel de l’entreprise et ses perspectives socio-économiques.

Diagnostic : enjeux, freins et objectifs Cet état des lieux aboutira au diagnostic de l’entreprise : enjeux, freins et objectifs. L’entreprise peut se faire aider par l’Agefiph et ses partenaires durant cette phase préparatoire.

La négociation Pour être force de propositions, vous devez connaître :  les résultats de ce diagnostic, la législation propre au sujet mais surtout, les thèmes qui doivent être abordés lors de la négociation.

N’hésitez à vous formez ! 2018 de nombreuses formations proposées !

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Un haut fonctionnaire handicap dans chaque ministère …

un-haut-fonctionnaire-handicap-dans-chaque-ministere-10316

Vendredi 3 Novembre 2017

Edouard philippe rappelle que le handicap est « la priorité du quinquennat » d’Emmanuel Macron et qu’un plan d’action devra être mis en place dès le début de 2018. Le Comité Interministériel du Handicap (CIH) sera réuni tous les ans pour en vérifier la bonne mise en œuvre. Pour cela le chef du Gouvernement demande la nomination dans chaque ministère d’un « haut fonctionnaire en charge du handicap et de l’inclusion« .

Ce haut fonctionnaire devra avoir « l’autorité et la compétence » nécessaires. Il vérifiera en particulier que l’accessibilité universelle est bien prise en compte dans l’action des ministères et effectuer le suivi des décisions prises par le CIH qui le concernent.

Un diagnostic handicap pour chaque texte de loi

Ce haut fonctionnaire devra également rédiger sur chaque projet de loi la fiche « diagnostic handicap »  avant que le texte ne soit soumis au parlement. Il étudiera pour cela l’impact des textes de loi pour les personnes handicapées. En 2012, le Premier ministre de l’époque, Jean Marc Ayrault avait publié une circulaire pour rendre obligatoire la prise en compte du handicap dans les lois soumises au parlement. Faute de moyen, ce principe n’a été que peu appliqué. Aujourd’hui Edouard Philippe s’inscrit dans la continuité de son prédécesseur socialiste pour rendre effective cette circulaire.

La liste de ces hauts-fonctionnaires devra être rendue publique et sera publiée sur le site du gouvernement.

Espérons des vrais moyens pour faire appliquer la loi du 11 février 2005 en complément de l’action du FIPHFP pour une politique ambitieuse en terme de recrutement, de maintien dans l’emploi, d’accessibilité pour tous et partout !
A suivre…

Pour d’autres informations …

https://informations.handicap.fr/art-ministere-fonctionnaire-handicap-853-10316.php

 

 

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Retrouvez l’interview du délégué national Santé au travail et Handicap

IMG_20170620_094140

Vendredi 3 novembre 2017

Retrouvez l’Interview !

CHRISTOPHE ROTH – INVITE 03 11 17

Christophe ROTH, délégué National Santé au travail et Handicap a rappelé les sujets défendus par la CFE CGC concernant le dossier FIPHFP (fonds d’insertion des personnes handicapées dans la Fonction Publique).

C’était l’occasion de dire que la CFE CGC est attachée à l’esprit de la loi du 11 février 2005, avec la compensation du handicap dans le monde du travail, le maintien dans l’emploi, le recrutement, l’accessibilité et l’égalité des chances !

Tous handicapables à la CFE CGC !

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

AGEFIPH : SEMAINE EUROPEENNE POUR L’EMPLOI DES PERSONNES HANDICAPEES !

intersticiel-seph-2017-v3Jeudi 2 novembre 2017

A l’occasion de la 21ème Semaine pour l’emploi des personnes handicapées, du 13 au 19 novembre 2017, l’Agefiph organise, à travers toute la France, de nombreux événements dédiés à l’insertion professionnelle des personnes en situation de handicap

En Région Normandie, LADAPT, l’AGEFIPH et le FIPHFP renforcent leur partenariat afin de coordonner l’ensemble des manifestations portées par les acteurs de l’insertion et du maintien dans l’emploi du territoire. Un engagement fort qui a abouti à l’élaboration d’un programme commun allant de la sensibilisation du grand public à la conduite d’actions visant directement à préparer les personnes handicapées à l’insertion professionnelle et à répondre à des besoins de recrutement d’employeurs.

En 2017, un million de personnes handicapées travaillent. Autant d’activateurs qui, grâce à leurs différences et à leurs compétences, contribuent au progrès des entreprises et de la société.

Déjà plus de 1000 entreprises et leurs salariés, handicapés et valides, ont choisi de se mobiliser et de relayer le message « Activateur de progrès » dans leur entreprise, auprès de leurs clients et sur les réseaux sociaux avec le #emploiethandicap2017. Toutes les entreprises qui souhaitent s’engager dans cette action peuvent s’inscrire sur le site emploiethandicap.fr

Nous vous invitons à cliquer sur les liens ci-dessous :

La carte présentant toutes les entreprises engagées   www.emploiethandicap.fr/sengager/

Le social wall qui affiche toutes les contributions des réseaux sociaux associées au mot clé #emploiethandicap2017 www.emploiethandicap.fr/vos-temoignages/

Les évènements en région www.emploiethandicap.fr/nos-actions-en-region/

En Normandie, plusieurs opérations concrètes en faveur de l’insertion professionnelle de nos concitoyens handicapés auront lieu :

Le mardi 14 novembre à l’Abbaye aux Dames à Caen , la Région Normandie se mobilise en faveur de l’insertion et du maintien dans l’emploi des personnes handicapées à travers 3 manifestations :

Activateur de Progrès Humain : Le fil rouge de la journée. Ateliers de sensibilisation sur le handicap (déficiences sensorielles, Escape Game…) Ouvert aux agents de la Fonction Publique Territoriale. Organisé par l’Agefiph et le FIPHFP.

Contact : f-lapha@agefiph.asso.fr

La signature de l’Accord Cadre pluriannuel entre la Région et l’AGEFIPH qui vise à formaliser et décliner sous forme d’engagements conjoints, des ambitions portant non seulement sur le champ de l’orientation, de l’apprentissage, de la formation tout au long de la vie, mais également sur celui de la relation aux entreprises et aux branches professionnelles, Organisé par l’Agefiph et la Région.

Contacts : f-lapha@agefiph.asso.fr, caroline.hougnon@normandie.fr,

La remise des Trophées Appr’Handi dans les 3 versants de la Fonction Publique. Organisé par le FIPHFP.

Contact : daniel.bardou2@wanadoo.fr

 

Le 14 novembre à Lillebonne et le 16 novembre à l’Aigle , Cap emploi et Pôle emploi organisent des actions Prépa’HANploi ayant pour objectif de donner un coup de pouce aux personnes handicapées en recherche d’emploi en leur donnant les clés pour réussir leurs entretiens d’embauche. L’action se déroule en deux temps :

Le matin, dans le cadre d’un parcours pédagogique, les candidats participeront à des ateliers animés par des coachs professionnels pour apprendre à mettre en valeur leurs qualités personnelles et leurs compétences professionnelles. Puis l’après-midi, ils réaliseront des entretiens d’embauche avec des recruteurs d’entreprises.

Retrouver toutes les actions des acteurs de l’emploi et du handicap sur notre page régionale :

www.agefiph.fr/sephnormandie

ou sur le site www.emploiethandicap.fr

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

La CFE CGC forme ses cadres et encadrants sur le handicap !

CaptureMercredi 25 octobre 2017

La CFE CGC forme ses cadres et encadrants sur le handicap !

 Notre programme de formation sensibilisation au handicap s’adaptent

 À vos besoins

Quand on vous indique que la CFE CGC est résolument engagée sur le sujet du handicap, preuve en est, salle comble à notre dernière formation.

Depuis le 1er janvier 2017, Martine KERYER et Christophe ROTH, élus nationaux à la CFE CGC ont formé 550 militants et adhérents.

Un beau défi pour mieux outiller les délégués à défendre leurs collègues en situation de handicap.

Vous trouvez le programme de cette journée, et n’oubliez pas en 2018… ça continue…

 Vous allez recevoir le programme prochainement avec des dates à noter dans vos agendas !

Définir le handicap et son environnement pour mieux le comprendre

  • S’interroger sur le handicap et la situation de handicap : existe-t-il une différence ?
  • La perception plus ou moins divergente sur le handicap en France
  • Définitions de la notion de handicap
    • Le handicap mental (ou déficience intellectuelle)
    • Le handicap auditif
    • Le handicap visuel
    • Le handicap moteur
    • Le handicap psychique
    • Les autres formes de handicap : handicap invisible, situations dérangeantes
  • Les idées reçues sur le handicap

    La situation du handicap en France

  • Evolution du handicap en France
  • Focus sur la loi du 11 février 2005 : Politique du handicap en entreprise
  • Les BOE (bénéficiaires de l’obligation d’emploi).

     L’accueil des personnes handicapées (attitudes naturelles et savoir être face à la personne handicapée)

  • Les fondamentaux de la communication verbale et non verbale liés à la fonction d’accueil
    • Le non verbal : attitudes naturelles, gestuelle, regard, sourire…
    • Le verbal : utiliser le vocabulaire usuel de l’accueil
  • Accéder à une posture naturelle d’accueil (écoute, juste niveau d’empathie, etc.), quel que soit le handicap de la personne accueillie
  • Libérer sa parole
  • Etre vigilant sur le respect de la personne
  • Etre conscient de son rôle dans la relation avec la personne handicapée
  • Savoir-faire et savoir-être à privilégier

     Initiation sur le handicap psychique avec des vidéos pour écouter des témoignages et apporter des éclairages sur la définition du handicap psychique

     

     

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

16 Novembre 2017 : colloque handicap organisé par UR Pays de La Loire !

Affiche handicap Psychique novembre 2017 VF

Lundi 23 octobre 2017

Bernard Joncour, président de l’union régionale CFE-CGC Pays de la Loire

Et

Jérôme Hanarte, secrétaire général ont le plaisir de vous convier au

Colloque :

« Handicap psychique en entreprise

Handicap visible ou non visible :

Les défis de la CFE-CGC »

 

Jeudi 16 novembre 2017

De 17 h à 21 h

À l’Hôtel de Région Des Pays de la Loire de Nantes

 

Programme

 

17 h – 18 h 30 Découverte des stands animés et interactifs

De nos partenaires : les chiens guides pour aveugles, parcours sensoriels…

 

18 h – 18 h 30 Présentation du réseau handicap CFE-CGC, ses outils et ses actions, par Christophe Roth, délégué national CFE-CGC

 

18 h 30 – 20 h Table-ronde sur le handicap psychique avec :

Fabien Héraud, comédien et conférencier. Il tenait le rôle de Julien Amblard dans le film « De toutes nos forces », porteur de Handicap (infirmité moteur cérébrale).

 

Martine Keryer, secrétaire nationale CFE-CGC Yves-Olivier Lenormand, en charge de la formation professionnelle chez Airbus Nantes, président de la commission Handicap du Medef 44

Et président du GIRPEH PDL* (* Groupement Interprofessionnel Régional pour la Promotion de l’Emploi des personnes Handicapées de la Région des Pays de la Loire)

Nolwen Loret, responsable du service prévention et qualité de vie au travail à la mairie Rezé

Un(e) psychologue du travail

Didier Busseau et sa partenaire proposeront des intermèdes d’improvisation

 

20 h – 21 h Cocktail dînatoire

 

Nombre de places limité, Inscription obligatoire auprès de l’union régionale CFE-CGC Pays de la Loire  urpaysdeloire@cfecgc.fr

 

 

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Le SNB CFE CGC Hauts de France sensibilise les cadres et encadrants sur le handicap psychique et la prévention du burn out !

1

Lundi 23 Octobre 2017

Dans le cadre des travaux du conseil de région SNB Hauts de France qui s’est déroulé le vendredi 20 octobre à Amiens animé par son président Laurent Wartelle, Philippe Dugautier référent handicap Hauts de France a présenté et remis aux participants le nouveau support Comme identifier le burn-out et comment le prévenir établi par le secteur CFE CGC Santé au Travail et Handicap animé par Martine Keryer et Christophe Roth. 

A VOS AGENDAS (A tous les militants des environs d’AMIENS) 12 AVRIL 2018 AMIENS HANDICAP PSYCHIQUE ET MAINTIEN DANS L’EMPLOI. 

Philippe Dugautier en a profité pour informer les participants de l’organisation d’un colloque sur le thème du handicap psychique et maintien dans l’emploi à Amiens le 12 avril 2018, en la présence de Martine KERYER secrétaire nationale, Christophe ROTH délégué national CFE CGC et de Raymond Annaloro, président de l’Union Régionale Hauts de France.

 

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Les forces du réseau handicap CFE CGC sont que les personnes qui le composent sont très investies pour mettre l’humain au coeur de leur action , mais c’est aussi un réseau structuré !

CaptureVendredi 20 Octobre 2017

Le 19 octobre 2017 que s’est déroulée une réunion du Groupe Interfédéral handicap CFE CGC et du Groupih sous l’impulsion de Christophe ROTH, Délégué National Santé au Travail et Handicap et Martine KERYER, Secrétaire nationale, nous pouvons nous réjouir d’un réseau qui est sur une vraie dynamique.

Aujourd’hui les référents des régions sont au nombre de 20, les référents des fédérations à 50, et dans chaque union départementale, il y a un référent handicap CFE CGC !

De plus, nous venons d’accueillir des nouveaux collègues des fédérations et aussi de l’Unir. Nous les remercions pour leur implication à nos cotés !

C’est avec plaisir que le réseau handicap de la CFE CGC accueille depuis le 2 octobre 2017, Samira FECIH, assistante du secteur qui apportera au quotidien un travail aux cotés des élus et pour le réseau santé au travail et handicap. Bienvenue Samira !

Quels sont les rôles des référents handicap ?

Le « GrouPIH » Groupe de Pilotage Interfédéral sur le Handicap 

Au-delà de la réflexion de la confédération et du travail de l’Interfédéral Handicap, le GrouPIH est en charge de l’élaboration et des éléments concrets permettant la mise en œuvre de la politique handicap confédérale.

Il assure également un rôle de relais auprès des élus du secteur afin d’assurer la pérennité du service aux adhérents même en cas d’indisponibilité.

Il est composé de 12 personnes, toutes choisies parmi les membres de l’interfédéral handicap par Martine KERYER, secrétaire nationale confédérale et Christophe ROTH, Délégué National Santé au Travail et handicap, en raison de leurs compétences, de leur engagement sur le handicap et de leur disponibilité à travailler en collectif ou en individuel sur le sujet.

Il se réunit 5 fois par an sous la responsabilité des élus du secteur et selon un ordre du jour préétabli.

 Le groupe « Interfédéral handicap »

C’est un groupe de réflexion ; lieu de la construction de la politique handicap de la CFE-CGC.

Il est composé de :

  • deux représentants pour chaque fédération ou syndicat non fédéré : un titulaire et un suppléant.
  • de militants « personnes qualifiées » choisis par la secrétaire nationale et le délégué national.
  • Cette possibilité vise notamment à maintenir la mémoire du réseau handicap en y maintenant les militants « pionniers ».
  • du/des expert(s) du secteur confédéral en charge de la thématique.
  • du / de la délégué(e) national(e) en charge de la thématique.
  • du / de la secrétaire national(e) en charge de la thématique.

Il se réunit deux fois par an.

Mais chaque représentant des fédérations est aussi une personne ressource sur le handicap qui doit « faire sa place » au sein de sa fédération : se faire connaitre, communiquer sur son action (journal papier ou électronique), participer au maximum en auditeur ou en intervenant dans ses structures…

 Afin de répondre au mieux aux attentes de ses adhérents sur le handicap dans le monde du travail, la CFE-CGC a mis en place des référents territoriaux. Acteurs de terrain, ils relaient les actions menées par la CFE-CGC dans leur région ou dans leur département.

Le référent handicap a plusieurs rôles :

  • Intermédiaire entre la confédération et son union territoriale au service des adhérents de son département
  • Il mène les actions qui lui semblent nécessaire à la promotion de l’emploi des personnes handicapées et à l’action de la CFE-CGC sur ce thème.
  • Les méthodes pour gérer le handicap dans les différentes régions sont tellement différentes, que le référent est une sentinelle, une personne clé, qui remonte au niveau national toutes les informations qu’il juge importantes.
  • Il doit communiquer sur le thème du handicap auprès des institutions tout au long de l’année afin de faire connaitre l’action CFE-CGC.
    Le référent handicap n’est pas seul !
  • Il peut s’appuyer sur l’organisation mise en place par la confédération.

 

Les référents régionaux et départementaux handicap CFE CGC

Afin de répondre au mieux aux attentes de ses adhérents sur le handicap dans le monde du travail, la CFE-CGC a mis en place des référents territoriaux. Acteurs de terrain, ils relaient les actions menées par la CFE-CGC dans leur région ou dans leur département.

Le référent handicap a plusieurs rôles :

  • Intermédiaire entre la confédération et son union territoriale au service des adhérents de son département
  • Il mène les actions qui lui semblent nécessaire à la promotion de l’emploi des personnes handicapées et à l’action de la CFE-CGC sur ce thème.
  • Les méthodes pour gérer le handicap dans les différentes régions sont tellement différentes, que le référent est une sentinelle, une personne clé, qui remonte au niveau national toutes les informations qu’il juge importantes.
  • Il doit communiquer sur le thème du handicap auprès des institutions tout au long de l’année afin de faire connaître l’action CFE-CGC.
    Le référent handicap n’est pas seul !
  • Il peut s’appuyer sur l’organisation mise en place par la confédération.  

 Bravo au réseau Handicap CFE CGC pour son implication !

 

   

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Emploi et handicap : et si tout le monde cotisait ? …. A commencer par l’Education nationale qui ne contribue pas au FIPHFP…

emploi-et-handicap-et-si-tout-le-monde-cotisait-10249

Jeudi 12 OCTOBRE 2017

« Fin 2017, les fonds propres de l’Agefiph atteindront 82 millions d’euros, en dessous de la borne basse du besoin de trésorerie, estimée à 3 mois, explique Anne Baltazar, présidente de l’Agefiph (qui vient tout juste de fêter ses 30 ans, article en lien ci-dessous). Dès 2018, les dépenses ne pourront plus être supérieures à la collecte. (…) La loi de 2005 a fait son œuvre, à laquelle l’Agefiph a fortement contribué. Aujourd’hui le système s’essouffle. Nous sentons qu’il faut passer à autre chose… »

Tous concernés

« Le handicap est un sujet sociétal qui concerne tous les établissements, y compris ceux de moins de 20 salariés, explique Hervé Allart de Hees, secrétaire général du CNH. Il peut toucher toute personne en emploi durant sa vie professionnelle, qu’elle soit salariée du secteur privé ou public, chef d’entreprise ou travailleur indépendant. Le fait de généraliser cette contribution à tous les acteurs revêt une dimension symbolique importante. » De son côté, Dominique Pierrot, président du Fiphfp, propose de « trouver de nouvelles ressources pour disposer de recettes stables. Pourquoi pas des contributions augmentées, une cotisation universelle, une journée de solidarité… Le législateur n’a pas pris en compte que le maintien dans l’emploi de la personne handicapée avait un coût. ».

Pour lire l’article lu pour vous sur le site handicap.fr du 11 octobre 2017, ci joint le lien

https://informations.handicap.fr/art-emploi-handicap-CNH-853-10249.php

 

 

 

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire