CONCERTATION HANDICAP : DECLARATION UNITAIRE ACCORDS AGREES

Mardi 15 mai 2018

 

DECLARATION DES ORGANISATIONS SYNDICALES

 

ACCORDS HANDICAP

 

 

Les organisations syndicales signataires sont naturellement très attachées à la négociation collective et à la signature d’accords dédiés au Handicap, au niveau des branches et des entreprises.

La négociation et les accords contribuent, en effet, à mieux intégrer et maintenir en emploi les personnes handicapées.

 

Une augmentation du taux d’emploi est observée pour les entreprises sous accord agréé. L’augmentation de leur taux est d’environ 0,5% en emploi direct, et de près de 0,7% en taux d’emploi global (emploi direct + recours à la sous-traitance EA/ESAT/TIH).

 

Pour autant, le taux d’emploi des entreprises sous accords agréés peine à dépasser les 4,5% et semble au contraire stagner un peu au-dessus de 4%.

Dès lors, il faut s’interroger sur les raisons de cet « essoufflement ». L’une des causes peut se trouver dans l’effet désincitatif sur le taux d’emploi, posé par l’agrément, notamment lors du renouvellement d’un accord agréé.

 

De fait, lorsque l’entreprise souhaite renouveler un accord, elle compare naturellement le budget de l’accord précédent, à la contribution qu’elle doit verser à l’Agefiph. Il est observé qu’à partir d’un taux d’emploi de 4%, le budget de l’accord demandé par les négociateurs représentants des salariés risque de dépasser substantiellement la contribution due à l’Agefiph. Dès lors, si elle dépasse 4%, l’entreprise peut être davantage intéressée à verser sa contribution à l’Agefiph, qu’à signer un accord avec un budget qui lui sera supérieur.

 

Par ailleurs, des accords non agréés existent. Bien que déposés auprès des DIRECCTE, ils ne font pas l’objet d’analyses, de suivi et de statistiques.  Pourtant, selon nos informations, leur impact sur l’augmentation du taux d’emploi y est comparable.

 

Par conséquent, nos organisations estiment que le dispositif d’agrément n’est pas incitatif à augmenter le taux d’emploi, et considèrent que la plus-value de l’agrément en tant que modalité d’acquittement de l’OETH, n’est pas avérée.

 

Par ailleurs nos organisations contestent le fait qu’une entreprise sous accord agréé soit totalement exonérée de sa contribution,alors même qu’elle bénéficie gratuitement de la plupart des services et prestations mis en place et financés au travers de l’Agefiph (Cap Emploi-Sameth notamment, mais pas seulement).

Il existe dès lors une distorsion entre les entreprises qui ne sont pas sous accord agréé et qui contribuent à la mutualisation interprofessionnelle organisée par l’Agefiph, et toutes celles qui en bénéficient sans y contribuer, du seul fait de l’agrément, et surtout sans aucun lien avec leurs besoins ou leurs capacités.

 

 

 

DANS LES BRANCHES

 

Au niveau d’une branche, de la même façon, l’agrément d’un accord Handicap exonère l’ensemble des entreprises du ressort de la branche de leur contribution, ce qui pose un problème majeur de solidarité interprofessionnelle.

 

De plus, pour une branche, la mise en œuvre du budget de l’accord suppose de créer un dispositif de gestion des contributions des entreprises du ressort de la branche.

 

Les accords agréés de branche ont entraîné, de fait, la création d’associations de gestion qui gèrent les contributions des entreprises, et délivrent des aides et accompagnements propres à la branche. Il s’agit alors de quasi-Agefiph de branches.

Cela pose un problème de cohérence de la politique d’emploi des personnes en situation de handicap.

 

Nous notons d’ailleurs que l’agrément n’est pas souhaité par un certain nombre de branches. De fait, plusieurs branches ont décidé de s’engager et de signer des accords non agréés, ce qui n’est pas officiellement prévu. Ces branches ont le plus souvent accompagné leur accord d’une convention avec l’Agefiph, qui permet un appui à la mise en œuvre de l’accord, et ouvre la possibilité de co-financements d’actions (mission Handicap, référents …).

 

En réalité, seules deux (véritables) branches disposent d’un accord agréé, dont un seul produit véritablement ses effets : celui de la Santé privée (accord OETH, avec l’association OETH).

 

Au vu du faible nombre d’accords agréés de branches d’une part et considérant que le thème du Handicap est un thème de négociation « verrouillable » au niveau de la branche d’autre part, nos organisations demandent la suppression de l’agrément des accords relatifs à l’emploi des travailleurs handicapés au niveau de la branche.

 

Nous souhaitons bien entendu que les accords agréés de branche en cours soient accompagnés pour se transformer en accords de branche « non agréés », assortis le cas échéant d’une convention avec l’Agefiph qui permette la poursuite des actions dans toutes leurs dimensions.

 

 

 

DANS LES ENTREPRISES 

 

Au vu de la faible dynamique portée par le dispositif d’agrément des accords d’entreprises d’une part et considérant les biais induits par ce dispositif d’autre part, nos organisations proposent la suppression de l’agrément au niveau des entreprises.

 

Dans le cadre de cette suppression, il est indispensable que le contenu exigé actuellement pour l’agrément des accords Handicap, soit préservé et exigé pour le respect de l’obligation de négocier en matière de Handicap : plan de recrutement, plan de maintien etc. En effet, il n’y a pas aujourd’hui de contenu opposable, dans le cadre de la négociation EP-QVT, dans les accords de droit commun sur le handicap.

Or, agréé ou pas, l’important est le contenu de l’accord, la dynamique qu’il crée et les résultats qu’il obtient.

Nos organisations revendiquent donc que le contenu actuellement exigé pour l’agrément des accords d’entreprise sur le Handicap, soit transféré dans l’ordre public pour les accords de droit commun sur le Handicap.

Nous demandons d’imposer a minima comme éléments obligatoires qui conditionnent la validité de l’accord, un objectif en terme de taux d’emploi, et un objectif en nombre de recrutements.

Bien entendu il faudra prévoir la sortie d’agrément des entreprises actuellement sous accord agréé, et préserver certaines dispositions prévues par les accords agréés (financement de missions handicap, référents etc.), éventuellement par conventionnement avec l’Agefiph.

 

 

 

Plus généralement, nos organisations seront attentives à ce que les branches et les entreprises soient incitées plus fortement à négocier et conclure des accords de droit commun sur l’emploi des personnes en situation de handicap, par un accompagnement financier de l’Agefiph permettant la mise en place et le suivi de véritables politiques de recrutement de salariés handicapés, d’insertion et de maintien dans l’emploi, ainsi que de prévention des inaptitudes.

 

 

Nos organisations estiment qu’il est temps de faire évoluer cette modalité spécifique aux accords Handicap, et cette concertation en est l’occasion.

Les discussions ouvertes en 2016, poursuivies dans le cadre du groupe de travail « accords » mené par la DGEFP, peuvent désormais trouver une traduction porteuse de progrès social pour tous, en particulier pour les personnes en situation de handicap.

Retrouvez notre communication commune : 15 mai 2018 accords OS (003)

 

Publié dans Fiches techniques | Laisser un commentaire

Handicap au travail : les employeurs peu au fait de leurs obligations !

2175632_handicap-au-travail-les-employeurs-peu-au-fait-de-leurs-obligations-web-tete-0301665393012Mardi 15 mai 2018

Une entreprise sur quatre déclare ne pas connaître les implications de la loi, d’après un baromètre Kantar TNS réalisé pour le salon du Handicap qui ouvre le 28 mai.

Nous vous invitons à prendre connaissance de l’article des échos.fr du 14 mai 2018.

https://www.lesechos.fr/politique-societe/societe/0301665323877-handicap-au-travail-les-employeurs-peu-au-fait-de-leurs-obligations-2175632.php

Publié dans Fiches techniques | Laisser un commentaire

La CFE CGC présente aux premières assises du maintien dans l’emploi !

1

Vendredi 27 avril 2018

Extraits de l’intervention de Pascal SEUROT (le 24/04/2018)
Représentant CFE-CGC au CA et à la CC du SIST Horizon santé Travail

  • Quelles sont, pour votre organisation, les priorités d’actions régionales en matière de maintien en emploi en Ile-de-France ? (en fonction des orientations données par les partenaires sociaux au sein des PRST et PRITH).

     

    La CFE-CGC, emmenée par sa secrétaire nationale et médecin du travail, Martine KERYER et par Christophe ROTH, délégué national est très impliquée dans cette problématique du handicap et du maintien en emploi, c’est un axe majeur pour les années à venir. Cela doit permettre aux salariés se trouvant en difficulté, suite à un problème de santé invalidant, de handicap ou simplement ne pouvant plus assumer les contraintes de leurs métiers, de se reconstruire dans une nouvelle activité.

    Au vu de la complexité du sujet et de la diversité des cas, nous ne pouvons pas tout aborder en 5 minutes. Sachez quand même que la CFE-CGC est dotée de référents régionaux et fédéraux (pour l’IdF c’est Véronique VOIGT et Stéphane REBOUT) afin d’aider ses élus et ses représentants dans les instances, à mieux appréhender les sujets débattus.

    Bien sûr, une de nos préoccupations, c’est l’épuisement au travail (Burn out) qui touche particulièrement l’encadrement, avec les différentes complications qui viennent se greffer sur la santé physique, mentale ou psychique des personnes.

    Nous devons trouver des solutions pour prévenir, tant faire se peut. Mais si on n’a pas pu l’éviter, il convient de mettre en place des dispositifs, soit au sein de l’entreprise, soit en dehors, pour accompagner la personne dans l’aménagement d’un nouveau poste ou dans une reconversion.

    Cela demande des moyens ainsi que de la volonté, et notre organisation essaie d’étoffer ses équipes afin de répondre, au plus près du terrain, aux besoins des salariés. C’est un travail de fourmis qui ne peut être abordé que sous l’angle d’un travail d’équipe. C’est pour cela aussi que nous devons nous appuyer sur l’expertise des médecins du travail et de leurs équipes.

     

  • Quelles sont les actions mises en œuvre par votre organisation en matière de maintien en emploi ? (information de vos adhérents, interlocuteurs dédiés, communication…)

     

    Plusieurs actions ont été menées l’année dernière dans toute la France. En plus des publications envoyées à nous adhérents, il a été distribué, lors d’événements, des quizz et des accessoires de simulation d’handicap (Ex mal voyant) pour nous sensibiliser au vécu des personnes atteintes de handicaps…

    Tout commence par la formation des élus et des militants à cette problématique du handicap et du maintien en l’emploi. C’est un sujet qui prend une place de plus en plus importante dans nos actions.

    Après il y a notre travail dans les instances paritaires, notre participation à des colloques, ainsi que les manifestations, traitant de ces sujets, ou nous sommes invités et que nous soutenons pour faire connaitre les valeurs de la CFE-CGC qui nous rassemblent en matière de mieux vivre en entreprise.  

    La convention que la CFE-CGC a signé avec L’AGEFIPH (Association de Gestion du Fonds pour l’Insertion des Personnes Handicapées) le 15 novembre 2016, nous engage à avoir des actions en faveur du Handicap et du maintien dans l’emploi, et l’axe qui a été choisi est plus tourné vers le handicap psychique.

    C’est pourquoi nous avons organisé des évènements à Paris, en Région parisienne et en Province, sur ce thème, tels que des colloques, tables rondes dans lesquels nous réunissons des acteurs sur le sujet : médecin du travail, ARHIM conseil etc…des témoignages, des DRH, dans le but de sensibiliser sur le sujet et d’inciter les entreprises à trouver des solutions pour maintenir leurs salariés dans l’emploi.

    Et le 12 décembre 2017, la bande dessinée de la de la CFE-CGC consacrée au Handicap psychique a été lancée officiellement à l’occasion d’une soirée « tous en piste » organisée sous le chapiteau du cirque Borna Moreno. Plus de 400 personnes ont répondu à l’invitation.

 

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Tableau de bord national Emploi et Chomage des personnes handicapées Agefiph , bilan 2017.

Jeudi 26 Avril 2018

L’emploi salarié accélère dans le privé et recule dans la fonction publique.

Selon l’Insee, l’emploi salarié, bien qu’en diminution dans la fonction publique du fait de la baisse des contrats aidés, a progressé de 1,1% en 2017 (soit 269 000 créations d’emplois), porté par le dynamisme des services marchands, notamment de l’intérim (+8% en un an). Tous les secteurs ont créé des emplois, y compris l’industrie, en progression pour la première fois depuis 2001.

Fin 2017, le taux de chômage France entière s’établit à 8,9% de la population active, en baisse de 1,1 point en un an, soit la plus forte diminution depuis 2008. La baisse concerne toutes les tranches d’âge mais plus particulièrement les jeunes de moins de 25 ans.

Plus de 510 000 demandeurs d’emploi sont bénéciaires de l’obligation d’emploi (BOE), soit près de 9% du total

A fin décembre 2017, plus de 510 000 demandeurs d’emploi handicapés (DEBOE) sont inscrits à Pôle emploi, représentant 8,6% de l’ensemble des demandeurs d’emploi. Le nombre de DEBOE est en constante progression, en lien avec la hausse continue du nombre de personnes reconnues handicapées (2,7 millions en 2015, soit +300 000 personnes en deux ans).

Le chômage des personnes handicapées est caractérisé par une forte proportion de séniors : près d’une personne sur deux est âgée de 50 ans ou plus contre une sur quatre tous publics confondus. Par ailleurs, les DEBOE ont une ancienneté moyenne d’inscription au chômage supérieure à 800 jours, soit 200 jours de plus que le tout public.

Une légère augmentation des recrutements et des maintiens dans l’emploi Les Cap emploi ont contribué à plus de 84 000 recrutements de travailleurs handicapés, dont 57% de CDI ou de CDD de 6 mois et plus, soit une hausse de 3% en un an. Le nombre de recrutements augmente pour les employeurs privés (+5%) mais diminue pour les employeurs publics (-1%).

Si en 2017, la part des travailleurs handicapés au sein des contrats aidés a continué de progresser, en revanche leur nombre a fortement baissé, impactant notamment les recrutements dans le secteur non marchand.

Le nombre de personnes maintenues dans l’emploi par l’intermédiaire des Sameth a quant à lui progressé de 5% en un an avec plus de 22 000 maintiens. Six mois après l’intervention des Sameth, 82% des personnes sont toujours en poste dans l’entreprise.

Retrouvez le tableau de bord Agefiph 2017

TB+France+entière+N°2018-1

 

 

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Bilan convention Agefiph CFE CGC, année 2017. Bonne lecture !

Capture

Jeudi 19 Avril 2018

Bonjour

 Je vous prie de trouver ci-dessous le lien vers le « Bilan 2017 de la convention Agefiph/CFE-CGC ».

 https://fr.calameo.com/read/0036645662ef414e9944c

 Ce document a été présenté au Bureau national élargi le 10 avril 2018.

Il a été adressé à la gestion des Grands comptes de l’Agefiph, qui l’a validé, en saluant la qualité du travail réalisé par la confédération CFE-CGC pour changer notre regard sur le handicap et favoriser une meilleure prise en compte du handicap psychique dans le monde du travail.

 Je vous en souhaite bonne lecture. 

Restons mobilisés au quotidien, tous handicapables !

 Christophe ROTH

Délégué national Santé au travail et Handicap

Chargé de mission Convention Agefiph.

 

 

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

200 personnes au colloque handicap psychique et maintien dans l’emploi, à Amiens, en région Haut de France

IMG_20180412_185922IMG_20180412_161243_editIMG_20180412_181928

 

Le colloque Handicap psychique et maintien dans l’emploi s’est déroulé ce jour à Amiens.

Organisé par les référents handicap de la Région, Philippe DUGAUTIER et Marie Laure DUFFOURC a permis de réunir 200 personnes pour échanger avec des intervenants du sameth, cap emploi, la DIRECT, le FIPHFP, l’Agefiph mais également écouter les témoignages de personnes qui ont vécu le handicap psychique.

Bravo au président Raymond Annaloro, Président de l’UR Haut de France  et à toutes ses équipes et présidents des différentes UD pour ce beau succès collectif des haut de France.

 

Intervention christophe ROTH, délégué national Santé au travail et Handicap.

Amiens le 12 avril 2018

Touchant un nombre croissant de salariés, le handicap psychique, pourtant reconnu par la loi depuis 2005, demeure méconnu. Mobilisée au quotidien face à toutes les formes de handicap, la CFE-CGC agit pour sensibiliser, lever les freins et mieux prendre en compte cette pathologie.

Le handicap psychique est une réalité de plus en plus tangible dans nos sociétés. Conséquence directe de troubles psychiques sévères et persistants souvent liés à des situations d’épuisement professionnel, cette pathologie va concerner 20 % des individus à l’horizon 2020 selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Pour un nombre toujours plus important de salariés français (13 % des 2,7 millions de personnes bénéficiant de la reconnaissance administrative d’un handicap ou d’une perte d’autonomie, d’après le ministère du Travail), le handicap psychique, sans affecter les capacités intellectuelles, occasionne de multiples troubles (volonté, pensée, perception, communication et langage, comportement, humeur, conscience et vigilance intellectuelle…) nécessitant des dispositifs adaptés.

Si la loi de 2005, relative à l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, a officiellement reconnu les troubles psychiques comme pouvant être à l’origine d’un handicap, force est de constater que la pathologie demeure relativement méconnue et toujours sujette à un certain nombre de peurs irrationnelles et d’idées reçues qui sont autant d’obstacles à l’accès et au maintien dans l’emploi.

Ainsi pour nous à la CFE CGC, les Pouvoirs publics, les organisations syndicales, les entreprises, la fonction publique et la  société civile doivent prendre en compte ces situations de handicap psychique et  construire une société réellement inclusive en faveur des salariés et des agents en situation de handicap et de leurs proches.

  • Agir sur la problématique grandissante des troubles de santé mentale liés au travailA la CFE-CGC nous poursuivons, sans relâche, le combat quotidien pour conseiller, assister et représenter les travailleurs handicapés et les salariés ou agents dont un proche est handicapé.

    Mobilisée face au développement de toutes nouvelles formes de handicap, la CFE-CGC est en première ligne sur la problématique grandissante du handicap psychique et des troubles de santé mentale liés au travail.

    Cet engagement a d’ailleurs été formalisé lors de la signature, en novembre 2016, d’une nouvelle convention entre la CFE-CGC et l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées (Agefiph).

    Notre Objectif : changer le regard sur le handicap psychique.

    Je suis fier d’être délégué national santé au travail et handicap et de travailler avec un réseau de référents handicap dans les fédérations, les régions, les départements, car nous considérons le handicap comme une question clé au cœur de nos activités !

     Dans chaque territoire et chaque secteur d’activité, des militants s’engagent pour un meilleur respect des droits et de la place des personnes handicapées dans la communauté nationale. Le handicap, dont le handicap psychique, est une préoccupation constante pour notre réseau qui agit concrètement sur le terrain 52 semaines par an, 365 jours sur 365 jours.

  • Intégrer les pathologies psychiques dans la négociation des accords handicap d’entreprise Avec l’appui de notre réseau de 20 référents régionaux, 101 délégués dans les départements,  50 référents issus des fédérations professionnelles (métallurgie, banque, assurance, services publics, commerce et service, chimie, énergie, santé…), la CFE-CGC a mis en place divers modules de formation pour permettre de négocier des accords handicap dans les entreprises et la fonction publique en intégrant les dispositions de la loi de 2005 et en tenant compte du handicap psychique.

    Les adhérents peuvent aussi s’appuyer sur la fiche pratique handicap psychique contenue dans le Guide handicap CFE-CGC régulièrement mis à jour, et sur une banque des accords handicap qui recense les accords pour identifier les bonnes pratiques et faire converger les compétences.

    Nous rédigeons également des fiches réflex handicap, nous nous sommes dotés d’outils pédagogiques et ludiques autour du handicap : vidéos, jeux de cartes, Questions pour un champion « handicap », goodies et bandes dessinées dont la dernière mouture a été présentée le 12 décembre dernier lors d’une soirée festive de sensibilisation du handicap psychique auprès des adhérents et du grand public. La soirée s’intitulé tous en piste autour du handicap psychique, lancement de notre BD que nous vous avons remis !

  • La CFE-CGC en première ligne au niveau national interprofessionnelPartenaire social incontournable et acteur majeur du dialogue social au niveau national interprofessionnel, la CFE-CGC formule régulièrement aux pouvoirs publics ses grandes propositions s’appliquant à toutes les formes de handicap dont les pathologies psychiques.

    La CFE-CGC réitère notamment sa ferme opposition à la réduction des contrats aidés prévue par le gouvernement. Ceux-ci sont en effet un outil d’insertion professionnelle non négligeable pour les personnes en situation de handicap. Les demandeurs d’emploi handicapés figurent par ailleurs parmi les principaux bénéficiaires de ces contrats.

    La CFE-CGC en appelle en outre au déploiement de l’emploi accompagné qui permet aux personnes en situation de handicap d’obtenir et de garder un emploi rémunéré sur le marché du travail. Ce dispositif fonctionne dans l’accompagnement du handicap psychique. Il faut donc favoriser la montée en compétence et la formation des professionnels de l’emploi accompagné.

    La CFE-CGC préconise également un accompagnement adapté pour favoriser l’insertion professionnelle des salariés en situation de handicap afin notamment de répondre à la problématique spécifique du handicap psychique lié à l’épuisement professionnel. La CFE-CGC alerte depuis des années sur l’explosion des cas de burn-out, ce broyeur silencieux devenu un enjeu social et sociétal majeur et dont principales victimes sont les salariés cadres et assimilés , les encadrants et les agents des trois versants de la Fonction Publique.

  • L’indispensable reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel comme maladie professionnelle Le constat est édifiant : notre société vivant dans la culture du résultat, il faut en faire toujours plus, sans pouvoir relâcher, nous sommes dans une société qui est un grand corps malade avec l’hyperconnexion, de plus en plus d’objectif à atteindre, le monde de la production a pris la place à la qualité du travail !

     Beaucoup de salariés, hyperconnectés, se voient assignés des objectifs parfois inatteignables. 

     Selon la Sécurité sociale, 20 % des arrêts supérieurs à six mois sont dus à des troubles psychologiques liés au travail, un chiffre énorme que nous avons pu relever !

     Voilà pourquoi la CFE-CGC milite inlassablement pour la reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel comme maladie professionnelle, les dispositifs actuels n’étant pas adaptés. 

    Voilà pourquoi au quotidien la CFE CGC est résolument engagé sur toutes les formes de handicap et reste force de proposition sur le handicap psychique.

     

    Changeons notre regard sur le handicap psychique, une pathologie encore trop méconnue.

     

    Résolument engagés ! Soyons tous handicapables !

    Merci de votre attention. 

     

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

Stéphane REBOUT, référent handicap URIF CFE CGC, supporter de TOUS les sportifs au marathon de Paris !

30411889_1909316105768107_3778012067943398204_nDimanche 8 avril 2018

Le réseau handicap CFE CGC 365 jours sur 365 jours sur le terrain !

Merci à Stéphane Rebout, issu de la Fédération FNEMA CFE CGC et  Référent handicap CFE-CGC de Union Régionale Île de France,  Président de l’UD 94 CFE-CGC  qui a encouragé le dimanche 8 avril 2018  tous les sportifs au marathon de Paris !
Bravo aux sportifs ! Bravo aux handisports !

Ensemble changeons notre regard sur le handicap !

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Commentaires fermés

Berck : 150 militants et adhérents du syndicat Action et Démocratie (syndicat éducation nationale rattachée à la Fédération des Services Publics CFE CGC) sensibilisés au handicap !

PART_1523004338946_030412163_2131470260409090_7477107934246207488_oVendredi 6 avril 2018

C’est au Syndicat Action et Démocratie CFE CGC (syndicat de l’Education nationale) rattachée à la Fédération des Services Publics CFE CGC que revient l’initiative de cette journée de travail, impulsée par Sylvie VINSARD, Présidente Académique Hauts de France du Syndicat Action Démocratie présidé par Walter CECCARONI.

En effet, Action et Démocratie Hauts de France CFE CGC était en congrès à Berck le 06 avril 2018.

 Une intervention de Nathalie MAKARSKI, Présidente des Services Publics CFE CGC qui est revenue sur l’actualité et l’agenda social dans la Fonction Publique et a pu répondre aux interrogations des militants et adhérents qui étaient pour l’occasion très nombreux.

Puis une intervention du délégué national santé au travail et handicap CFE CGC qui a présenté les nombreux sujets liés à la concertation handicap lancée par le gouvernement le 15 février 2018, en revenant sur le sujet de l’épuisement professionnel dans le monde du travail et le handicap qui nécessite un travail au quotidien pour tous les collègues du privé et du public.

 

L’occasion de rappeler que la CFE CGC est résolument engagée et d’indiquer les nombreuses propositions pour une meilleure prise en compte du handicap dans la Fonction Publique et le privé, la prévention de l’épuisement professionnel, et l’urgence d’aider les aidants familiaux !

 

L’occasion de remettre aux nombreux participants les outils de la CFE CGC, BD handicap, guide de prévention de l’épuisement professionnel, guide handicap !

 

Comme l’a indiqué Christophe ROTH « la fonction publique est un grand corps malade qui nécessite sans cesse d’agir pour prévenir l épuisement professionnel et de monter en compétence pour changer le regard sur le handicap ». 

Mais aussi les nombreux adhérents et militants ont eu l’occasion de découvrir les outils, moyens et actions mis à leur disposition par la confédération pour faire changer le regard sur le handicap.

 Un travail porteur et partagé pour les années à venir, qui met au cœur de l’action quotidienne des militants la défense l’humain dans le monde du travail !

 Merci à Sylvie Vinsard, Michel Paillard et toutes leurs équipes pour le travail réalisé au plus près du terrain.

Bravo à Action et Démocratie pour leur implication au quotidien !

Handicapables nous sommes et agissons ensemble pour prévenir l’épuisement professionnel.

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Commentaires fermés

L’Union Régionale Auvergne Rhone Alpes forme ses militants et adhérents au handicap !

IMG_2719Jeudi 5 avril 2018

Cette formation était organisée par l’Union Régionale Auvergne Rhône Alpes , dont le président est Laurent CARUANA.

Les adhérents de la région  sont venus nombreux !

Corinne BRIVOIS, Présidente de l’Union Départementale du puy de dome, a ouvert la formation et accueilli les stagiaires pour cette  formation handicap qui s’est déroulée  dans le cadre de la convention Agefiph CFE CGC .

Les militants et adhérents CFE-CGC étaient réunis pour l’occasion, et c’était un vrai succès !

En matinée, ont été évoqué les aspects multiples et complexes du handicap. Gestion du handicap dans le monde du travail et droits des personnes en situation de handicap étaient au coeur des sujets évoqués.

L’occasion de rappeler que chacun de nous peut se trouver confronté, un jour ou l’autre, à des problèmes de santé majeurs et voir son emploi mis en péril.

Pour faire face à ces situations, l’aide du réseau handicap que composent les référents des fédérations, régions, départements et les élus peut se révéler capitale.

 

L’après-midi, Martine Keryer, secrétaire nationale Santé au travail et Handicap, a animé une formation sur la prise en compte du handicap psychique. Un thème qui a donné lieu à de nombreux échanges avec des stagiaires motivés et soucieux de toujours mettre au coeur de leur action l’humain dans le monde du travail !

 

 

Publié dans Actualité, Formation, Le réseau handicap CFE-CGC | Commentaires fermés

Sensibilisation au handicap en entreprise avec l’opération Duoday !

Exé_Flyer_v3-page-002Exé_Flyer_v3-page-001Le 03 avril 2018

Et si une personne handicapée vous secondait dans votre travail  ?

C’est ce que propose le DUODAY le 26 avril prochain.

Le temps d’une journée, des binômes «  handicapé/valide  » se formeront au sein des entités souhaitant participer à l’opération.

Lettre entreprise

Guide Méthodologique DUODAY – Entreprise (3)

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Commentaires fermés