Annonces du Gouvernement sur la politique handicap : un saucissonnage et un éparpillement de mesures ponctuelles qui ne vont pas toutes dans le bon sens, en lieu et place d’un projet ambitieux pour une société plus inclusive !

banniere_site_cfecgcfp

 Mercredi 6 juin 2018

La Fédération des Services Publics CFE CGC s’est résolument engagée dans la concertation handicap lancée par le Gouvernement le 15 Février 2018 et a formulé de nombreuses propositions pour les trois versants de la fonction publique :

- Maintien et sécurisation du FIPHFP,

- Proposition d’un « plan Marshall » pour une réelle prise en compte du handicap, notamment en termes de maintien dans l’emploi, de compensation et d’aménagement des postes de travail,

- Augmentation du pourcentage d’emploi de personnes en situation de handicap de 6 à 9 %,

- Négociation avec les partenaires sociaux de conventions handicap dans la fonction publique,

- Mise en place de référents handicap au niveau des plateformes régionales RH, avec un maillage dans les services d’emploi et une coordination nationale, pour un véritable travail en réseau,

- Prise en compte du handicap psychique, avec de véritables moyens pour mettre en place le « job coaching » et le tutorat,

- Reconnaissance du syndrome d’épuisement professionnel comme maladie professionnelle,

- Mise en place de mesures d’accompagnement pour les aidants familiaux et les proches aidants, notamment en termes de prise en compte de ce statut au titre de la retraite,

- Contribution de l’ensemble des employeurs publics au financement du FIPHFP, suppression des dérogations et exonérations actuelles,

- Redéfinition des bénéficiaires de l’obligation d’emploi dans la fonction publique.

 

La Fédération des Services Publiques CFE CGC salue des premières mesures particulièrement attendues, à savoir la priorité donnée au travail en milieu ordinaire et la fin de l’exonération du ministère de l’Education nationale de sa contribution au FIPHFP à compter de 2020.

Elle reste toutefois en attente de signes forts et d’une politique ambitieuse du handicap dans la fonction publique.

Elle regrette que le Gouvernement ait fait le choix de « saucissonner » et d’éparpiller les mesures relatives à la politique du handicap dans plusieurs vecteurs législatifs, au lieu de déposer un projet de loi regroupant l’ensemble des mesures prises. Elle déplore certaines mesures qui ne vont pas dans le bon sens, s’agissant, par exemple, des obligations en matière de logements adaptés et accessibles aux personnes en situation de handicap.

La Fédération des Services Publics CFE CGC, fortement investie dans cette concertation, dénonce le recul du Gouvernement et l’absence de prise en compte de certaines de ses propositions.

Elle restera force de proposition pour défendre les collègues en situation de handicap dans la fonction publique et dans une société qui se doivent d’être inclusives, dans l’esprit de la loi du 11 février 2005 pour l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées !

Et maintenant quel impact sur l’avenir du FIPHFP ?

 

 

Contact presse :

Nathalie MAKARSKI

06.07.12.06.88

presidente@cfecgcfp.org

 15-17 rue Beccaria – 75012 PARIS

01.44.70.65.90 e-mail :

fonctions.publiques@cfecgcfp.org

http://cfecgcfp.org/

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Concertation handicap, après le partage, la déception !

13339677_1218877881478603_6317470585102726157_n

 Mercredi 6 Juin 2018

La CFE-CGC partageait le constat du gouvernement. Il y a urgence à se mobiliser tous pour l’emploi des personnes en situation de handicap.

Les chiffres sont accablants : 2,7 millions de personnes en situation de handicap et en âge de travailler. Le taux de chômage des travailleurs handicapés est de 19%, contre 10% pour les travailleurs valides.

Le gouvernement a annoncé en février 2018 une politique ambitieuse pour l’emploi des travailleurs handicapés.

La 1ere partie de la concertation s’est terminé mardi 5 juin.

Nous à la CFE-CGC, fortement impliqué sur l’emploi des travailleurs handicapés nous y avons cru et attendions une augmentation du taux d’emploi des travailleurs handicapés (nous avions proposé un taux de 9%).

 

Nous attendions une contribution financière de toutes les entreprises à partir de 1 salarié.

Nous attendions un alignement des mesures concernant le secteur privé et public.

Nous attendions des avancées importantes pour l’inclusion et le maintien dans l’emploi des travailleurs en situation de handicap.

Les premières annonces de Madame la secrétaire d’état aux personnes en situation de handicap allaient dans ce sens-là !

Les arbitrages gouvernementaux, et notamment ceux de Bercy en ont décidé autrement :

Le taux des travailleurs handicapés restera à 6% (révisable tous les 5 ans).

 

Seules les entreprises de plus de 20 salariés verseront une contribution.

 

Une occasion législative perdue, dans la précipitation ! 

 

La CFE CGC ne peut que le regretter au moment où le handicap psychique représente la 1ere cause d’invalidité et de sortie du monde du travail !

 

Contact Presse et Institutions : Pierre JAN :  01 55 30 12 92 – 06 32 05 69 02 – pierre.jan@cfecgc.fr

 

 

 

 

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

ELAN EN ARRIERE !

34484300_2077448585601823_5187881526435512320_nMardi 6 juin 2018

ELAN EN ARRIERE !
L’Assemblée nationale a examiné ce vendredi 1er juin le projet de loi « Elan » sur le logement.

Une mesure adoptée prévoit la diminution du quota de nouveaux logements accessibles aux handicapés de 100% à 10%. Nous condamnons au même titre que le défenseur des droits cette mesure qui est une grave régression sociale.

Contraire à la loi du 11 février 2005.
Cette décision des députés à l’assemblée nationale va à l’encontre de la parole du Président de la République qui avait indiqué que le handicap serait la priorité de son quinquennat pour une société inclusive !

Nous souhaitons  que le sénat complète d’amendement ce texte sur l’accessibilité pour tous et partout.

Pour le moment , un article de la loi ELAN passe à 10% le nombre de logements neufs accessibles aux personnes à mobilité réduite. Mais les logements devront désormais être « évolutifs », une notion qui sera « précisée par décret », a déclaré Sophie Cluzel, secrétaire d’état en charge du handicap.

A suivre …

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Handicap et emploi | les 5 mesures-clés

4

Mardi 5 juin 2018

 

Sources :

http://travail-emploi.gouv.fr/actualites/l-actualite-du-ministere/article/handicap-et-emploi-les-5-mesures-cles

En France, 500 000 personnes handicapées sont inscrites à Pôle emploi. Leur taux de chômage est deux fois supérieur à la moyenne nationale. L’obligation d’emploi des travailleurs handicapés stagne depuis des années dans les entreprises. Enfin, les jeunes personnes en situation de handicap ne représentent qu’1% des apprentis. Le Gouvernement veut agir pour développer les compétences et l’accès à l’emploi des personnes handicapées.

1. Simplifier les démarches des entreprises

Aujourd’hui, pour la déclaration d’emploi de travailleurs handicapés, les entreprises doivent renseigner 5 formulaires et une centaine de rubriques et calculer leur obligation d’emploi et leur contribution.
A compter du 1er janvier 2020, un employeur verra ses démarches simplifiées. Le calcul de l’obligation d’emploi sera automatisé (via la déclaration sociale nominative). Il n’y aura plus qu’un interlocuteur unique pour le recouvrement de la contribution : l’Urssaf ou les caisses de mutualité sociale agricole.

2. Mieux accompagner les entreprises dans le recrutement et l’emploi de travailleurs handicapés

  • pour l’insertion et le maintien dans l’emploi : un réseau par département Cap emploi – SAMETH depuis le 1er janvier ;
  • sur le volet service public de l’emploi : Pôle emploi et des missions locales fédérant l’ensemble des acteurs de l’insertion professionnelle et du maintien dans l’emploi des travailleurs handicapés ;
  • l’emploi accompagné généralisé associant l’offre médico-sociale et l’aide à la recherche d’emploi. L’emploi accompagné L’objectif est un accompagnement global des travailleurs handicapés pour l’accès et le maintien dans l’emploi par un accompagnement médico-social et un soutien à l’insertion professionnelle des personnes. Pour les employeurs, cela se traduit par un appui spécifique. Depuis le 1er janvier 2018, des opérateurs ont été sélectionnés par les agences régionales de santé via des appels à projets.

    3. La mobilisation des entreprises

    Les accords collectifs handicap, dits « agréés », auront une durée de 3 ans et ne pourront être renouvelés qu’une fois. Les entreprises seront ainsi incitées à atteindre le taux de 6% au terme de ces 6 années.
    Pour inciter les employeurs à intégrer des handicapés dans leur collectif de travail, et casser les stéréotypes en vue d’un emploi durable, tous les handicapés travaillant dans une entreprise seront pris en compte pour l’atteinte des 6% quel que soit leur statut : stagiaire, personnes en périodes de mise en situation professionnelle, intérimaire, titulaire de contrats aidés, alternants.

    Et aussi

  • « mesurer pour progresser » : à compter du 1er janvier 2020, toutes les entreprises déclareront leur effort en faveur de l’emploi de travailleurs handicapés : cette obligation déclarative permettra de rendre visible l’effort des TPE et de renforcer la mobilisation collective ;
  • « débattre et agir » : tous les cinq ans, un grand débat parlementaire appréciera l’impact de la politique en faveur de l’emploi des personnes handicapées (notamment le taux de l’obligation d’emploi) ;
  • « faire confiance au dialogue social comme effet-levier pour l’embauche de personnes handicapées »

    4. L’accès à l’apprentissage développé

    Seuls 1,2% des apprentis sont des travailleurs handicapés alors que cette voie constitue un outil privilégié d’insertion professionnelle. Les référents handicap seront généralisés dans les CFA.
    Chaque CFA percevra une aide supplémentaire pour chaque apprenti en situation de handicap. Les enseignements et les postes de travail seront ainsi adaptés.

    5. Le plan d’investissement dans les compétences (PIC) pour se former et sécuriser l’accès à l’emploi

    Près des deux tiers des demandeurs d’emploi handicapés ont un niveau de formation inférieur ou égal au CAP/BEP et les trois quarts n’ont pas le bac.
    L’appel à projets « 100% inclusion » du Plan d’investissement dans les compétences bénéficiera aux jeunes handicapés dans les territoires prioritaires de la politique de la ville ou des zones rurales à revitaliser.
    Une première phase de concertation
    La présentation du volet handicap du Projet de loi « pour la liberté de choisir son avenir professionnel » a eu lieu en conclusion de la première phase de la concertation destinée à réformer la politique de l’emploi en faveur des personnes handicapées, en présence des partenaires sociaux du secteur privé et des associations.

     

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Le réseau handicap CFE CGC en séminaire à Avignon !

IMG_20180531_112613Jeudi 31 mai 2018

Un moment de travail en commun des référents handicap des Fédérations de la CFE CGC et des référents handicap des régions s’est déroulé les 30 et 31 mai 2018 à AVIGNON.

Les élus confédéraux ont pu aborder la concertation handicap, l’agenda des activités dans les fédérations et les régions et les nombreux projets qui font le dynamisme du réseau handi de la CFE CGC !

 Formations, colloques, mise à jour des outils pour monter en compétence, réalisation des fiches réflexe, rédaction d’un guide sur les aidants familiaux !

Le 31 mai s’est déroulé une intervention de l’Agefiph et le collectif France Emploi accompagné.

Vous trouverez le guide de l’emploi accompagné mis en ligne le 30 mai 2018.

 http://handicap.gouv.fr/publications-7/les-guides/article/guide-pratique-de-l-emploi-accompagne

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

L’Union Régionale Auvergne Rhone Alpes agit sur le terrain pour prévenir l’épuisement professionnel !

IMG_6494_0IMG_6490_0

Mardi 29 mai 2018

Bravo à Laurent Caruana, Président de l’Union Régionale CFE CGC Auvergne Rhône Alpes qui accueille Martine KERYER secrétaire nationale Santé au Travail et Handicap CFE CGC sur le stand CFE CGC au salon Preventica, ce jour 29 mai 2018 à LYON.

Bravo à l’ensemble des militants et adhérents qui ont tenu le stand CFE CGC au salon, et à tous ceux qui s’impliquent au niveau national, régional, départemental pour défendre l’humain dans le monde du travail dans le public et le privé, avec un réseau handicap impliqué au quotidien et au plus près du terrain.

Alors que la CFE CGC intervient en tribune au salon Préventica, Martine KERYER a rappelé la nécessité de former nos collègues à la prévention de l’épuisement professionnel, et à être au plus près des agents et salariés pour prévenir de « ce broyeur silencieux » !

Le syndrome d’épuisement professionnel est maintenant défini par la DGT.

Nous pouvons donc aborder le sujet au sein des CHSCT et la prévention doit être mise en place par les entreprises dans le DUER.

Prévention tertiaire c’est déjà repérer les salariés en pré Burn-out et agir à temps en tant que syndicaliste pour éviter l’aggravation.

Prévention secondaire, c’est former et informer sur ce qu’est le Burn-out, les RH, les CHSCT, les membres de l’encadrement.

Prévention primaire, c’est évaluer la charge mentale des cadres, de l’encadrement et des agents de la fonction publique, c’est veiller à l’équilibre travail/privé.

C’est à coconstruire ensemble.

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

Remise du rapport « Plus simple la vie » : 113 propositions pour simplifier le parcours administratif des personnes en situation de handicap !

BANDEAU HANDI

Lundi 28 mai 2018

Le Premier ministre, Édouard Philippe, en compagnie de  Sophie Cluzel, secrétaire d’Etat auprès du Premier ministre chargée des Personnes handicapées et Olivier Dussopt, secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Action et des Comptes publics, a reçu le rapport « Plus simple la vie » sur la simplification du parcours administratif des personnes en situation de handicap, le 28 mai 2018, en présence de personnes en situation de handicap et de proches de personnes handicapées ayant participé à la concertation. Plus de 10 000 Français ont témoigné dans le cadre d’une consultation en ligne.

Les co-auteurs du rapport, Adrien Taquet, député, et Jean-François Serres, membre du Conseil économique, social et environnemental ont dégagé 113 propositions pour améliorer le quotidien des personnes en situation de handicap.

Ci-joint le rapport en annexe.

rapport_sur_la_simplification_du_parcours_administratif_des_personnes_en_situation_de_handicap_-_28.05.2018

Bonne lecture

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire

SCLÉROSE EN PLAQUES : LA FRANCE PARTICULIÈREMENT EXPOSÉE !

world-ms-day-logo-french

Lundi 28 mai 2018

Alors qu’a lieu aujourd’hui, 30 mai 2018,  la Journée mondiale sur la sclérose en plaques, le mercredi 30 mai, des chiffres montrent que la France est classée à haut risque pour cette maladie incurable et méconnue qui touche 100.000 personnes.

Provoquée par une inflammation du système nerveux, la sclérose en plaques est devenue, en France, la première cause dite « non traumatique » de handicap sévère. Avec environ un cas pour 1000 habitants, selon les dernières données de la Caisse nationale d’assurance maladie rassemblées par la Fondation d’aide à la recherche sur la sclérose en plaques (Arsep), la France fait partie des pays à « plutôt haut risque ». Les régions Nord et Est davantage que le Sud et Sud-Ouest.

Une répartition qui confirme les constats épidémiologiques internationaux : dans les pays d’Europe du Nord, le nombre de cas est pratiquement le double de ce qui est observé dans les pays d’Europe du Sud. Et les cas de SEP dans l’hémisphère Sud sont beaucoup plus rares, surtout en Afrique noire où ils sont presque inexistants.

Pourquoi ? Les spécialistes ne peuvent qu’émettre des hypothèses. Les régions de faible ensoleillement, où le déficit en vitamine D est donc plus fréquent, correspondent aux zones à haut risque, et certaines données récentes indiquent en effet que le manque de vitamine D influencerait la sclérose en plaques.

Selon l’Arsep, elle touche en majorité des jeunes adultes de 20 à 40 ans, et surtout les femmes (70% des 2000 nouveaux cas recensés chaque année).

Aucun traitement ne permet actuellement de guérir de la sclérose en plaques. Les molécules sur le marché ne permettent que de réduire les symptômes, et éventuellement de ralentir sa progression.

Mais, dernièrement, une procédure impliquant une autogreffe de cellules souches du sang a montré de meilleurs résultats dans la SEP que les traitements disponibles.

La thérapie compte trois étapes. Dans un premier temps, des cellules hématopoïétiques sont prélevées chez les patients et cultivées en laboratoire. Ces cellules souches sont à l’origine de toutes les lignées de cellules sanguines : globules rouges, globules blancs et plaquettes. Avant leur réimplantation, le malade subit une thérapie visant à détériorer leur système immunitaire avec une chimiothérapie. Avec l’apport ultérieur de cellules souches, ce dernier est en quelque sorte « réinitialisé ».

Ainsi, je souhaite saluer chaleureusement notre ami Jean-Christophe CHARTIER, militant CFE-CGC, qui effectuera une autogreffe de cellules souches hématopoïétiques à l’Hôpital Maximov de Moscou en septembre prochain.

Christophe ROTH

                                                                     

Publié dans Actualité, Le réseau handicap CFE-CGC | Laisser un commentaire

30 MAI 2018 : Journée mondiale de la sclérose en plaques !

world-ms-day-logo-frenchscelorose_en_plaque_naturellement

Lundi 28 mai 2018

Journée mondiale de la sclérose en plaques !

Le 30 mai 2018 se déroule la journée mondiale de la sclérose en plaque, mais c’est chaque jour que je défends les personnes en situation de handicap et une société inclusive, mettant en avant le potentiel de chacun et surtout la prise en compte de l’humain au quotidien dans le monde du travail et la société, la cité au sens premier du terme.

Les 30 et 31 mai 2018, le réseau handicap des référents handicap des fédérations et des régions aura une pensée particulière pour nos collègues qui vivent la sclérose en plaque, qui accompagne un membre de leur famille ou un proche.

Lancée en 2009, cette journée est consacrée à une maladie très invalidante encore méconnue …du grand public. Elle est traditionnellement célébrée le dernier mercredi du mois de mai.

Plus de deux millions de personnes de par le monde sont atteintes par la sclérose en plaques. Elle touche plus de femmes que d’hommes avec une proportion de 1.7 femmes pour 1 homme et se déclenche généralement sur des sujets assez jeunes.
La SEP, sclérose en plaque, se caractérise par une réaction inflammatoire d’origine nerveuse et peut évoluer assez rapidement avec des manifestations neurologiques variées. Elle est considérée comme la première cause de handicap non traumatique chez l’adulte jeune.

La recherche scientifique n’est pas encore en mesure de préciser les véritables causes de la maladie et la médecine ne dispose encore à ce jour d’aucun traitement curatif.

A quelques jours de la journée mondiale de la sclérose en plaque je pense à toutes ces personnes qui vivent au quotidien cette maladie très invalidante, et mes pensées se tournent particulièrement vers un ami qui dans quelques semaines sera à Moscou pour une autogreffe de cellules de souches.

Mon ami, sache que je pense très souvent à toi, que nous te t’oublions pas et on croise les doigts, tu manques dans notre réseau…
J’espère te revoir prochainement !

Chacun d’entre nous peut se mobiliser ! Chacun d’entre nous peut donner de la force !

Le handicap nous concerne tous !

Christophe ROTH
Délégué National Santé au travail et Handicap CFE CGC

Et l’ensemble des Référents handicap des Fédérations, Régions et Départements !

Publié dans Fiches techniques | Laisser un commentaire

L’Agefiph a restructuré son offre de services et d’aides financières

logo_agefiph

Vendredi 25 mai 2018

Comme annoncé dans son plan stratégique présenté du 21 février 2017, l’Agefiph a restructuré son offre de services et d’aides financières. Il s’agit de « faciliter, d’une part, les prescriptions par les Cap emploi, les missions locales et les conseillers de Pôle emploi, et d’autre part, leur sollicitation par les personnes et les entreprises », a-t-elle indiqué dans un communiqué de presse du 23 avril.

Cette nouvelle offre est consultable sur le site internet de l’Agefiph https://www.agefiph.fr/Les-services-et-aides-financieres-de-l-Agefiph

 15 aides financières…

L’Agefiph propose désormais 15 aides financières différentes :
- aide à l’accueil, à l’intégration et à l’évolution professionnelle des personnes handicapées (au maximum 3 000 €) ;
- aide à l’adaptation des situations de travail des personnes handicapées (montant fixé après analyse de chaque situation dans une logique de stricte compensation du handicap) ;
- aide à la création d’entreprise par des personnes handicapées (montant forfaitaire de 5 000 €) ;
- aide aux déplacements des personnes handicapées (au maximum 5 000 €) ;
- aide au défraiement des stagiaires handicapés en formation courte (20 € par jour de formation sur une durée maximale de 30 jours, soit 600 €) ;
- aide à l’embauche en contrat d’apprentissage d’une personne handicapée (au maximum 3 000 € proratisé en fonction de la durée du contrat à compter du 6e mois, contre 7 000 € jusqu’alors) ;
- aide à l’embauche en c ontrat de professionnalisation d’une personne handicapée (au maximum 4 000 € proratisé en fonction de la durée du contrat à compter du 6e mois, contre 5 000 € jusqu’alors) ;
- aide à l’emploi de travailleurs handicapés (AETH ; 5 434 € par trimestre au taux normal et 10 818,60 € par trimestre au taux majoré, par poste de travail occupé à temps plein) ;
- aide à la formation des personnes handicapées dans le cadre du maintien de l’emploi (montant fixé compte tenu notamment du projet et des cofinancements prévus) ;
- aide à la formation des personnes handicapées dans le cadre du parcours vers l’emploi (montant fixé en fonction des cofinancements prévus ou obtenus au titre des dispositifs mobilisables dans le droit commun) ;
- aide humaine à la compensation du handicap (au maximum 4 000 €) ;
- aide au parcours vers l’emploi des personnes handicapées (au maximum 500 €) ;
- aide à l’acquisition de prothèses auditives (au maximum 700 € pour une prothèse auditive ou 1 400 € pour deux prothèses auditives, contre 800 € et 1 600 € jusqu’alors) ;
- aide à la recherche de solutions pour le maintien dans l’emploi des personnes handicapées (montant forfaitaire de 2 000€) ;
- aide technique à la compensation du handicap (au maximum 5 000 €).

… et des services d’accompagnement

Outre les aides financières, l’Association de gestion du fonds pour l’insertion des personnes handicapées propose plusieurs types d’accompagnements à l’intention tant des personnes en situation de handicap (tels que l’emploi accompagné ou les « ressources handicap formation ») que des entreprises.
« La personne en situation de handicap peut solliciter les acteurs de droit commun (Pôle emploi, missions locales…) appuyés par l’Agefiph et les Cap emploi pour être conseillée et aidée aux moments clés de sa vie professionnelle », rappelle l’association.
Quant aux entreprises, l’appui « se traduit par du conseil et un accompagnement personnalisé délivré par les collaborateurs des délégations régionales de l’Agefiph, la généralisation progressive du Réseau de référents handicap (RRH) à l’ensemble des régions et la création d’outils méthodologiques mis en ligne. »

 

Publié dans Actualité | Laisser un commentaire